Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 10:40

 

 

Un retour en arrière de presque un siècle bientôt.

On peut mieux se rendre compte avec cette remarquable photo.

Nurlu, une vue méconnue 3/4

 

 

Alors parmi les plus anciens du village ou plus encore pour celles et ceux qui sont avides de découverte et d'authenticité, ce cliché vous inspirera-t'il,saurez-vous reconnaitre cet endroit?

Partager cet article

Published by jacques - dans cartes postales
commenter cet article
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 11:05

 

Un article du Courrier Picard

 

PERONNE Le sous-préfet tacle Thérèse Dheygers

Publié le

VINCENT FOUQUET

Après son absence involontaire de la commémoration de l’Armistice mardi 11 novembre, le sous-préfet a écrit au maire de Péronne pour lui faire part de son indignation.


Joël Dubreuil (à droite) a écrit une sévère lettre à Thérèse Dheygers (en rouge), afin de lui faire part de son vif mécontentement.
Joël Dubreuil (à droite) a écrit une sévère lettre à Thérèse Dheygers (en rouge), afin de lui faire part de son vif mécontentement.

Toutes proportions gardées, l’absence du sous-préfet à la commémoration de l’Armistice dans la capitale de son arrondissement, peut être comparée, sur le plan local, à l’absence du président de la République aux pieds de l’Arc de Triomphe un 11 Novembre, sur le plan national.

Voilà pourquoi Joël Dubreuil s’est mis très en colère mardi 11 novembre, alors que la cérémonie commémorative venait de se terminer et que Thérèse Dheygers lisait son discours dans la salle Altena de la mairie. Sa colère n’est pas passée. Mercredi 12 novembre au matin, il a écrit un courrier de deux pages au maire de Péronne afin de lui faire part de son indignation. Courrier dont il nous a adressé une copie afin d’exposer les raisons de son courroux.

«  La commémoration du 11 Novembre (…) est organisée par les communes sous l’autorité de l’État et elle est présidée par le sous-préfet dans le chef-lieu d’arrondissement. À Péronne, elle est organisée habituellement à l’issue d’une messe et de deux dépôts de gerbes aux monuments du Mont-Saint-Quentin et de Sainte-Radegonde, puis à partir de 10 h 50, par la revue des sociétés et un départ en cortège pour le monument aux morts à 11 heures. C’est pourquoi j’avais convenu, avec le maire d’Herbécourt qui m’avait sollicité dès le 25 juin, de fixer l’inauguration de son monument aux morts restauré (…) le 11 novembre à 9 h 45.  »

 

« Ce déroulement est inacceptable »

«  Vous avez décidé cette année de modifier l’horaire habituel en débutant la revue des sociétés à 9 h 55, semble-t-il, pour permettre à un président cantonal d’une association d’anciens combattants d’assister également à la commémoration dans une commune voisine, et vous avez bien voulu m’en informer par votre invitation le 28 octobre. Je me suis ému de ce changement d’horaire auprès de vos services et vous m’avez rappelé pour m’indiquer que les invitations étaient déjà parties. Vous aviez toutefois remarqué que l’office devant se terminer à 9 h 10, le programme se trouverait donc décalé de 10 minutes, avec une revue des sociétés à 10 h 05 et un départ en cortège pour le monument aux morts à 10 h 20, la cérémonie débutant à 10 h 30. Nous avions donc convenu que mon arrivée pourrait s’effectuer à 10 h 30, me permettant ainsi de présider cette commémoration.

Le maire d’Herbécourt a donc fait en sorte de respecter un horaire de départ à 10 h 15, avec des allocutions courtes du sénateur qui s’est exprimé au nom des deux parlementaires présents, pour respecter cet impératif.

Je me suis présenté devant le monument aux morts de Péronne à 10 h 25 (soit 5 minutes avant l’heure convenue, et donc pas en retard), pour découvrir que la minute de silence venait de débuter. J’estime que ce déroulement est inacceptable.

En premier lieu, après le changement unilatéral d’horaire et en dépit de nos accords, le non-respect de ce que nous avions convenu n’a pas permis au sous-préfet d’arrondissement de faire son devoir de commémoration, qui plus est un 11 Novembre, alors que je suis chargé de la coordination départementale au nom de l’État. En second lieu, vous avez indiqué au représentant du délégué militaire départemental que je serais en retard, et non pas que nous avions convenu d’une arrivée à 10 h 30. Ainsi, l’État n’a pu être représenté ni par la lecture du message ministériel, ni par le dépôt de gerbe, celle-ci ayant été déposée discrètement à la fin de la cérémonie, ce dont j’ai pu m’assurer en allant faire mon devoir au monument aux morts avec les militaires pendant le vin d’honneur.  »

 

Partager cet article

12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 09:13

 

Un article du Courrier picard;

 

 

PERONNE Le sous-préfet se met en colère pendant la cérémonie

Publié le

VINCENT FOUQUET

Alors qu’il avait prévenu qu’il serait en retard de quelques minutes, la commémoration de l’Armistice s’est faite sans le sous-préfet, très en colère.


En l’absence du sous-préfet, c’est le conseiller général Pierre Linéatte qui a rallumé la flamme avec le maire, Thérèse Dheygers.
En l’absence du sous-préfet, c’est le conseiller général Pierre Linéatte qui a rallumé la flamme avec le maire, Thérèse Dheygers.

 

S’il y a bien une personne qui est toujours ponctuelle dans l’arrondissement de Péronne, c’est le sous-préfet, Joël Dubreuil. Mais s’il est toujours ponctuel à la minute près, il peut arriver que le représentant de l’État soit soumis au timing serré d’un emploi du temps surchargé. C’était le cas mardi 11 novembre, jour de commémoration de l’Armistice. Le représentant de l’État présidait l’inauguration du monument aux morts rénové d’Herbécourt (entre Bray-sur-Somme et Péronne).

Il avait cependant tenu à assister également à la commémoration à Péronne, capitale de son arrondissement, et il s’était organisé pour y parvenir. Selon nos informations, à Herbécourt, il aurait demandé que la manifestation soit légèrement avancée, afin de lui permettre d’arriver à Péronne à 10 heures, horaire du début de la cérémonie.

Sur le chemin du retour, alors que son chauffeur le conduisait vers la place de la mairie à Péronne, située à 10 kilomètres de là, il aurait appelé un élu de la majorité afin de lui signaler son léger retard et lui demander que la commémoration démarre avec quelques minutes de décalage. Ce qui n’a pas été le cas.

 

« Il est remonté dans sa voiture et il est parti »

Le départ en cortège vers le monument aux morts, prévu au protocole à 10 h 10, s’est fait avec 6 minutes d’avance, à 10 h 04. Le temps de parcourir les 400 mètres menant au monument aux morts ; le temps pour les autorités, les associations patriotiques, l’harmonie municipale, les pompiers, les enfants et le nombreux public de s’installer, la cérémonie a pu démarrer à 10 h 17, avec la montée des couleurs.

Un premier moment de recueillement durant lequel la voiture du sous-préfet est arrivée. «  Il est descendu de voiture et a attendu au moins 5 à 10 minutes  », assure une spectatrice qui a remarqué la scène. «  Il a échangé quelques mots avec un policier municipal, mais personne n’est venu le chercher. Il est remonté en voiture et il est parti. Il semblait très en colère  », ajoute un autre spectateur.

Le sous-préfet était notamment chargé de lire le message gouvernemental. Ce qui n’a donc pas été fait. La gerbe qu’il devait déposer au nom de l’État a, quant à elle, été déposée en son absence, sur demande du maire, mais sans que son nom soit mentionné.

À 10 h 40, le cortège était de retour sur la place Daudré. Les pompiers, les écoliers (qui avaient chanté plus tôt La Marseillaise), l’harmonie et les porte-drapeaux ont été salués par les autorités qui ont invité l’assistance dans la salle Altena de la mairie, afin d’y écouter le discours du maire et prendre le verre de l’amitié.

Thérèse Dheygers a commencé par excuser le sous-préfet et Valérie Kumm, vice-présidente du conseil régional et ancien maire, expliquant de manière hésitante qu’ils étaient retenus à une autre commémoration. Pourtant, Valérie Kumm était dans la salle, tandis que le sous-préfet fulminait, assis à l’arrière de sa voiture, garée juste devant la mairie. Et en plein milieu du discours, le représentant de la Délégation militaire départementale (DMD) s’est fait discrètement convoquer.

 

Le sous-préfet au monument aux morts dans l’intimité

Ce qui s’est dit entre les deux hommes restera entre eux, mais visiblement, le sous-préfet était très en colère. Ses grands gestes et son index pointé trahissaient un certain agacement. Et si le représentant de la DMD se faisait «  remonter les bretelles  », selon un élu qui a remarqué la scène, c’est que dans pareilles circonstances, en l’absence imprévue du représentant de l’État, lui revenait la mission de lire le message gouvernemental et d’aller déposer la gerbe.

Les deux hommes, accompagnés du commandant de la compagnie de gendarmerie, se sont ensuite rendus au monument aux morts pour permettre au sous-préfet d’accomplir son devoir dans l’intimité. Il a ensuite quitté les lieux pour aller présider une autre cérémonie, tandis que le commandant des gendarmes ramenait en voiture le représentant de la DMD qui a aussitôt, et discrètement, quitté les lieux.

Dans la salle Altena, bien peu de personnes ont remarqué l’incident. Certains élus n’étaient même pas au courant. Thérèse Dheygers en avait, elle, bien conscience. Elle n’a pas souhaité faire de commentaire. Tout comme le sous-préfet, qui n’a pas répondu à notre sollicitation téléphonique.

 

 

Il est difficile de comprendre parfois.

Quand les choses ou les événements s'enchainent de manière à engendrer des problèmes là où il devrait ne pas y en avoir.

On peut se demander ce qui amène à un tel résultat vraiment.

 

Tout était prévu pourtant, alors il faut se demander à quoi cela sert-il si rien ne se passe comme tel.

 

Un tel manquement à la représentation Nationale est difficilement acceptable et la réaction du Sous-Préfet est légitime.

 

Et sans vouloir créer une autre polémique, il convient de dire que le respect est la moindre des choses, surtout lors d'une cérémonie d'hommage de la nation envers ses soldats.

 

 

 

 

Partager cet article

9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 10:21

 

 

Cette seconde vue nous fait découvrir effectivement , puisque jusquà présent jamais présentée à notre connaissance.

Café LEMAIRE, épicier

Café LEMAIRE, épicier

 

 

Ainsi donc, cette photo nous éclaire un peu plus sur l'aspect que pouvait avoir notre village au siècle dernier.

À l'heure actuelle, il ne reste plus d'anciens dans la mesure de nous renseigner quant à la position exacte de ce commerce, qui se trouvait sur la Nationale.

Dommage certes, mais le fait d'avoir cette photo nous enrichit un peu plus et c'est cela qui compte.

 

 

 

 

Partager cet article

Published by jacques - dans cartes postales
commenter cet article
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 10:50

 

 

Vous présenter une fois de plus une carte de Nurlu assez particulière, c'était il y a presque un siècle...

Nurlu, une vue méconnue 1/4

 

 

Une de plus donc, qui nous offre une vison plus réelle de la configuration de cet emplacement à cette époque.

Content de la partager avec vous.

D'autres sont à venir.

 

 

 

 

Partager cet article

Published by jacques - dans cartes postales
commenter cet article
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 10:41

 

 

Cette photo prise il y a peu, de cette jolie plante dont je ne sais le nom.

Fleurir quand même...

 

 

En principe à cette époque, la nature s'endort, mais avec le mois de Septembre exceptionnel par ses températures, la nature est perturbée.

Partager cet article

Published by jacques - dans Fleurs
commenter cet article
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 09:09

 

 

Deux mois de vie et déjà un caractère bien trempé, ses deux petits frêres en savent quelque chose.

Son pelage est magnifique, laineux et doux à la fois.

Tout pour plaire.

Déjà retenue bien sûr.

Simplement chatte.

Partager cet article

29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 08:27

 

 

Voici donc cette dernière photo qui fût prise par un lieutenant Allemand lorsqu'il était dans la zone,notamment à Nurlu.

 

Nurlu; Durant la 1ère Guerre Mondial 4/4

 

 

Pour les personnes connaissant le village, je pense qu'elles reconnaitront sans peine l'endroit car il a peu changé en fait.

Alors qui saura le dire?

 

Si je regarde par la fenêtre, la couleur du ciel ressemble étrangement à celle de cette photo, nous terminons le mois d'Août sous la grisaille, souhaitons que le mois prochain, le ciel soit plus clément quand même...

 

Bonne journée à vous.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by jacques - dans Documents
commenter cet article
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 10:51

 

 

Encore une photo de cette petite série qui se terminera avec la prochaine.

Nurlu;Durant la 1ère GM, photo allemande 3/4

 

 

 

 

Chacun reconnaitra l'église avant sa destruction.

Depuis ce temps, ça a quand même changé un peu.

 

Bon week-end à toutes et à tous.

Partager cet article

Published by jacques - dans Documents
commenter cet article
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 20:38

 

 

Cette photo fait suite à la précédente puisque prise à la même époque et par la même personne.

 

Nurlu;Durant la 1ère GM, photo allemande 2/4

 

 

 

 

Nul doute, il s'agit bien de l'actuelle rue HOCQUET, néanmoins il n'est pas aisé de s'y reconnaitre sur ce cliché

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by jacques - dans Documents
commenter cet article

Présentation

  • : Nurlu; Le blog de jacques
  •  Nurlu; Le blog de jacques
  • : Je crée ce blog avant tout pour faire connaitre notre village, ce qui s'y passe aux alentours aussi,le raconter au fil du temps, afin de constituer une mémoire pour ceux qui le connaissent de près ou de loin. Que chacun se souvienne, y puise ce qu'il cherche ou tout simplement participe à l'enrichissement de ce site.
  • Contact

Page d'acceuil

Recherche

Les fleurs de mon jardin

Compteur global

 

Visites depuis sa création le 16/09/2009

 

 

 

Compteur Global

Pages

Prévisions météo à Nurlu